Les créatifs s’adaptent à l’obligation du port du masque et nous créent des masques improbables

Les chiffres de la Covid-19 ne se stabilisent que difficilement ces dernières semaines, et les autorités ont jugées nécessaire d’imposer le port du masque obligatoire. Rappelons que le non-port du masque conformément aux directives des autorités sanitaires est passible d’une amende 135 euros. Le masque, si la protection qu’il apporte contre la maladie incriminée est actuellement débattue par les instances compétentes, le port du masque pose néanmoins la question des interactions sociales en conditions particulières. En effet et par exemple le masque est obligatoire en espace clos, dans les restaurants par exemple. Comment porter le masque et manger en même temps. Ou encore, comment profiter du sourire d’autrui. La visibilité des lèvres permet également aux malentendants de lire dessus et donc de comprendre le message de leur interlocuteur. C’est pour palier à ces problématiques, que différents créateurs se sont lancés dans des projets, justement sujet de notre article. 

Le masque transparent

Anissa Mekrabech est une jeune créatrice de Toulouse atteinte de surdité et pour laquelle le port du masque pose un véritable problème de communication. Après avoir lancé une cagnotte à travers laquelle elle a récolté quelque 18 000 euros, elle s’est lancée dans la conception du masque à fenêtre, qui permet de lire sur les lèvres et de percevoir les expressions du visage de votre interlocuteur.

Il s’agit du seul masque de ce type homologué par la direction générale de l’armement. Et en soit ce simple fait est un exploit. Son prix est de 10,90 euros, il s’agit d’un masque lavable en plus d’être un masque à fenêtre. La conception de la jeune créatrice est une révolution. Le masque passe du statut de consommable au statut d’investissement. 

Le masque qui permet de manger

Cette idée farfelue sortie de l’entreprise Avtipus Patents est pourtant génératrice d’intérêt de la part de l’opinion publique. Il s’agit de se demander ensuite bien entendu, si l’attrait pour cette invention est de l’ordre de la curiosité ou de l’ordre de l’intérêt d’acquisition réel. Ce masque fonctionne par un clapet qui le fend en son milieu transversalement en arc. Actionné soit par une télécommande, soit automatiquement le masque s’ouvre à l’approche d’une fourchette ou d’une cuillère et permet de manger tout en restant protégé d’une éventuelle contamination, ou d’une amende de 135 euros difficile d’en juger. 

Le pare-bouche anti-postillons

Celui-ci laisse perplexe. S’il offre effectivement une protection contre les projections directes, des aérosols ont tout le loisir de se propager et de s’infiltrer par les côtés afin d’atteindre les voies respiratoires et ainsi provoquer la contamination. En revanche, ce type de dispositif présente l’avantage de laisser ce qui le porte respirer dans de bonnes conditions. Les experts estiment qu’il n’est relativement efficace que lorsque le porteur se trouve dans un espace avec un minimum de personnes autour de lui et à une distance raisonnable.

La visière

Fonctionnant selon le même principe que le pare-bouche, la visière en plastique permet de rendre visibles ses expressions faciales ainsi que ses sourires tout en offrant une protection relative contre une contamination par la Covid-19 condition que l’espace d’interaction soit lui-même régit par la distanciation sociale ainsi que les gestes barrière.

error: Contenu protegé